Cet Article a été publié dans le journal Le Cheval en partenariat avec bonjour eustache : La chronique d'Eustache

Ce mois-ci, je vous propose d’aborder un sujet pointu et scientifique. Mais n’ayez crainte, en l’exposant de manière simple ! 


Si je choisis aujourd’hui ce thème c’est avant tout pour vous permettre d’éviter l’apparition du SME chez votre monture! Car la prévention est le secret ! Un cavalier averti en vaux deux !

Le SME est une maladie due à la résistance à l’insuline. Elle est souvent comparée au diabète de type 2 chez l’homme.
Pour comprendre le mécanisme général il faut connaître le fonctionnement chez un cheval sain :
Après l’ingestion d’aliments, ceux-ci sont dégradés et transformés, entre autre, en glucides. Le pancréas sécrète alors de l’insuline qui permet aux glucides de rentrer dans les cellules du corps et d’être utilisés. Chez le cheval malade, l’insuline ne fonctionne pas. Les glucides et l’insuline s’accumulent donc dans le sang. Le cheval prend du poids. Beaucoup de poids !

Mais qui le SME touche-t-il ?


Cette maladie est diagnostiquée chez le cheval adulte (entre 5 et 15 ans), souvent obèse. L’accumulation de graisse peut être diffuse ou localisée (encolure, épaule, passage de sangle, base de la queue…). Il existe des prédispositions génétiques pour les chevaux de races rustiques. Les chevaux atteints ont souvent un accès libre à une pâture trop grasse.

Quelles conséquences pour le cheval ?


- La prise de poids en premier lieu ! C’est un cercle vicieux, l’obésité favorise le SME et le SME entraine l’obésité ! Surveiller le poids de votre équidé !
- La fourbure ensuite ! Suite dramatique de la prise de poids !
- La baisse de fertilité chez la jument.

Comment faire le diagnostic ?


Le diagnostic de certitude n’est pas possible. Ceci dit, il est possible de doser l’insuline dans le sang. Cela peut quand même se révéler être un bon indicateur. Pour les cas incertains, il est aussi possible de faire un test de stimulation au glucose.
Attention : il est important de ne pas confondre le SME avec le syndrome de Cushing (Hirsutisme, cheval senior, silhouette « gros ventre »).

Mon cheval est atteint de SME ! Que faire ?


- Tout d’abord, réduire sa prise alimentaire et donc le poids ! Proscrire la libre pâture, surtout au printemps. Nourrir au foin, en ralentissant la prise alimentaire à l’aide d’un filet. Arrêter l’apport de glucides (céréales, betterave, mélasse…).
- Traiter la fourbure !
- Reprendre l’exercice physique progressivement.

Et pour le traitement ?


- La Metformine est souvent prescrite : elle permet une augmentation de la sensibilité à l’insuline et une diminution de l’absorption de glucose.
- La L-Thyroxine peut aussi être utilisée mais son cout est souvent prohibitif.

Y a-t-il des solutions du côté de médecines complémentaires ?


Vous le savez, mon penchant naturel se dirige vers la phytothérapie ! Et nous avons à notre disposition tout un arsenal de plantes pour aider le cheval atteint de SME. Attention, j’ai bien dit aider, et non guérir… Mais il me semble que c’est déjà beaucoup !
- Tout d’abord, un maître mot : drainage ! A l’automne et au printemps ! Pour cela nous pouvons utiliser le Radis Noir, l’Artichaut, le Chardon Marie, le Pissenlit (pour ne citer que les principaux !).
- Ensuite soulager la fourbure, avec la Reine des Prés et le Cassis qui ont un excellent pouvoir anti-inflammatoire et le Chysantellum qui améliore la circulation sanguine du pied.
- Enfin, de récentes études montrent que la complémentation en Spiruline accentue la sensibilité de l’organisme à l’insuline. Pourquoi s’en priver ?
- Et pour parfaire le tout, une séance de shiatsu permettra de rééquilibrer de façon plus globale votre fidèle monture.

Maintenant que vous savez tout, j’espère que vous garderez l’œil sur le poids de votre animal, car en évitant l’obésité vous lui rendrez service !

Dr Semblat Vétérinaire

Fondatrice de bonjour eustache